En Direct

Réduction de l’âge d’importation des véhicules : Voici les gagnants et les perdants de cette mesure

Société

Réduction de l’âge d’importation des véhicules : Voici les gagnants et les perdants de cette mesure

Les autorités ivoiriennes ont décidé en décembre 2017 de limiter l’âge des véhicules d’occasion importés en Côte d’Ivoire. Cette mesure qui vise principalement à protéger l’environnement et à renouveler le parc auto aura des conséquences diverses sur le secteur automobile ivoirien.
Réduction de l’âge d’importation des véhicules : Voici les gagnants et les perdants de cette mesure
Réduction de l’âge d’importation des véhicules : Voici les gagnants et les perdants de cette mesure
Réduction de l’âge d’importation des véhicules : Voici les gagnants et les perdants de cette mesure/ Ph (Dr)

Une enquête récente de la Société Ivoirienne de Contrôle Technique Automobiles et Industriels (SICTA) a révélé que 75% du parc automobile en Côte d`Ivoire a plus de 16 ans d’âge, et plus de 15% des camions sont âgés de plus de 21 ans. Cette réalité a poussé en décembre 2017, le gouvernement ivoirien à limiter l’âge d’importation des véhicules d’occasion à destination de la Côte d’Ivoire. Désormais, l’âge limite des véhicules automobiles d’occasion importés, affectés au transport public de personnes ou de marchandises, est de cinq ans pour les taxis, et sept ans pour les minicars de 09 à 34 places. Pour  les camionnettes jusqu’à 5 tonnes, l’âge d’importation est fixé à sept ans, et dix ans pour les cars de plus de 34 places et les camions de plus de 5 tonnes. Pour les véhicules déjà en circulation sur le territoire ivoirien, une période d’exploitation de 10 ans est accordée à tout type de véhicule. Durant cette période transitoire, le contrôle technique automobile devrait être renforcé de même que des opérations de retrait de la circulation des véhicules de transport les plus âgés. Cette mesure, qui vise officiellement à rajeunir le parc automobile ivoirien, lutter contre la dégradation des routes et contre le réchauffement climatique,  impacte diversement le secteur automobile en Côte d’Ivoire.

Les grands gagnants

La limitation de l’âge d’importation des véhicules d’occasion devrait, à long terme, favoriser une réduction des gaz à effet de serre et impacter positivement l’environnement. La Côte d’Ivoire s’est en effet engagée à réduire de 28% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 à la faveur de la COP21 (Conférence des  partis sur le climat) à Paris  en 2015. En outre, cette décision fait parallèlement l’affaire des concessionnaires automobiles ivoiriens. Ces derniers ont régulièrement appelé à la prise d’une telle mesure pour accroitre leurs activités. Cet important lobby dont les performances cumulées pour les 18 concessionnaires automobiles présents en Côte d’Ivoire, représentent 260 milliards FCFA de chiffre d’affaires et contribuent à plus de 40 milliards FCFA de recettes fiscales avec près de  10.000 voitures neuves vendues chaque année. De même, les vendeurs de voitures d’occasion respectant les nouvelles conditions du gouvernement pourraient voir leur chiffre d’affaires croitre, ainsi que les entreprises spécialisées dans l’électronique pour les voitures neuves qui, avec les innovations technologiques à installer dans les voitures, s’en tireront à bon compte. Paradoxalement, cette mesure pourrait aussi profiter aux policiers véreux qui verraient ainsi une nouvelle niche d’entrée d’argent en raison des possibilités de pénalités (‘’à détourner’’) offertes par cette mesure.

Les perdants de cette mesure

La mesure de limitation sera préjudiciable aux personnes n’ayant pas un pouvoir d’achat élevé et qui souhaitent avoir une voiture à moindre coût pour faciliter leurs déplacements. Car cette mesure favorisera à coup sûr la hausse du prix des 30.000 voitures d’occasions vendues chaque année en Côte d’Ivoire. A moyen et long termes, les mécaniciens qui vivent généralement des pannes des véhicules verront leur chiffre d’affaires se réduire car il est connu que moins les véhicules sont âgés, moins ils vont chez le mécanicien. En outre, les importateurs et vendeurs de véhicules d’occasion relativement âgés pourraient connaitre des difficultés s’ils ne réduisent pas l’âge des voitures qu’ils importent. En outre, la liste des perdants pourraient s’étendre aux vendeurs de pièces détachés dont l’activité est souvent liée aux véhicules défectueux, souvent âgés. Les camions utilisés pour le transport des marchandises, dans le commerce, l’agriculture ou les BTP devront être remplacés. Ce qui fera un manque à gagner en termes d’investissement pour les propriétaires. Autant de réalités que doit prendre en compte le gouvernement dans l’élaboration des arrêtés d’application de cette mesure pour ne pas impacter négativement les activités d’un pan important du secteur automobile ivoirien.

ARSENE YAPI

 

Source: JDE | publié le 09 Mar 2018

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire