En Direct

Afrique de l’Ouest : 72% des chefs d’entreprises prévoient un impact positif de la zone de libre-échange continentale sur leurs affaires

ECONOMIE

Afrique de l’Ouest : 72% des chefs d’entreprises prévoient un impact positif de la zone de libre-échange continentale sur leurs affaires

Dans une enquête réalisée auprès des PDG du continent africain, par Oxford Business Group (OBG) concernant la zone de libre-échange continentale (ZLEC), ces derniers se disent optimistes concernant le commerce intra régional ainsi que les perspectives économiques locales pour les 12 prochains mois.
Afrique de l’Ouest : 72% des chefs d’entreprises prévoient un impact positif de la zone de libre-échange continentale sur leurs affaires
Afrique de l’Ouest : 72% des chefs d’entreprises prévoient un impact positif de la zone de libre-échange continentale sur leurs affaires
84 % des chefs d’entreprise disent avoir des attentes élevées ou très élevées concernant l’environnement local des affaires (Ph DR).

Dans le cadre de sa deuxième enquête sur l’économie africaine, le cabinet international d’intelligence économique et de conseil a posé une série de questions en tête-à-tête à 787 hauts-dirigeants de huit pays africains, afin d’évaluer la confiance des entreprises.

Il en ressort que plus de 72 % des chefs d’entreprises se disent convaincus que la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) aura un impact positif ou très positif sur le commerce intra régional.

En outre, 84 % des chefs d’entreprise disent avoir des attentes élevées ou très élevées concernant l’environnement local des affaires pour l’année à venir, et 78 % d’entre eux ont annoncé que leur entreprise devrait réaliser un investissement significatif dans les prochains mois, contre 74 % dans l’enquête de 2018

Car cet accord qui vise à créer un marché africain unique pour les biens et les services, et à permettre la libre-circulation des hommes et femmes d’affaires et des capitaux avant fin 2019, demandera d’importants investissements pour les entreprises qui devront impérativement gagner en compétitivité.

Bien que les dirigeants interrogés par OBG soient majoritairement confiants sur l’avenir, ils sont conscients que des événements externes risquent d’affecter les marchés africains sur le court et moyen terme. Pour le plus grand nombre de sondés (38 % d’entre eux, essentiellement des chefs d’entreprise des pays producteurs de pétrole comme le Nigéria, l’Algérie, le Ghana et le Kenya), le facteur le plus susceptible d’impacter leur économie serait une hausse des prix du pétrole.

L’un des objectifs majeurs de la ZLEC est la création d’emplois, qui est d’autant plus urgente que 10 à 12 millions de jeunes entrent chaque année sur le marché du travail régional. Interrogés sur la compétence dont leur pays a le plus besoin, plus d’un tiers (36 %) des dirigeants ont évoqué la compétence de leadership, tandis que la recherche et développement et l’ingénierie ont été désignées par 14 % des sondés.

D’après Souhir Mzali, la directrice éditoriale pour l’Afrique, les raisons de l’optimisme qui règne parmi les chefs d’entreprises sont multiples. Il s’agit entre autre de l’intérêt croissant pour le continent africain de la part de la Chine et d’autres pays, et du lancement de programmes d’investissement publics pour développer les infrastructures. Car bien que la mise en œuvre de la ZLEC soit loin d’être simple, elle pourrait booster les volumes commerciaux de façon notable.

Dieudonné Coulibaly


 


Source: JDE | publié le 08 Mai 2019

0 Commentaire(s)

Poster un commentaire